Vous êtes sur :

cerveau verres alcoolL’ANPAA publie aujourd'hui son premier rapport sur les pratiques des lobbies de l’alcool observées en 2017.

 

Comme le soulignait la Cour des comptes en 2017, les lobbies de l’alcool, de par leur influence au sein de la sphère politique, ont longtemps réussi à contrer toute tentative de mise en œuvre d’une politique de santé publique réellement efficace en matière de réduction du risque alcool.

 

La Cour des comptes appelait à « tirer les leçons du fait que, sous l’influence des intérêts des producteurs, les arbitrages rendus sur la plupart des mesures pouvant affecter la vente de boissons alcoolisées l’ont été en défaveur de la santé publique ».

 

Ces pratiques sont toujours en cours aujourd'hui. L’année 2017 se caractérise ainsi par une série d’initiatives menées par l’ensemble de la filière alcool qu’il s’agisse du vin, des spiritueux ou de la bière.

 

 

Au cœur de ces initiatives, une stratégie, déjà éprouvée par le lobby du tabac, visant à décrédibiliser les études scientifiques sur les risques liés aux consommations d’alcool et à instiller le doute dans l’esprit des politiques et du grand public (production d’études pseudo-scientifiques, diffusion de contre-vérités, remise en cause/occultation des preuves scientifiques, allégations sanitaires favorables, infiltration des réseaux politiques).

 

Dans ce rapport 2017, l’ANPAA essaie de décrypter ces stratégies ainsi que les éléments de langage sur lesquels elles s’appuient afin de contribuer au rétablissement de la réalité des faits scientifiques.

 

Télécharger le rapport