Vous êtes sur :

statut senatLes débats parlementaires concernant les boissons alcoolisées suivent toujours un scenario écrit par avance auquel la loi de Modernisation du système de santé, dite Loi Touraine, n'a pas échappé en 2015. Après le vote en 1991 de la grande loi de santé publique sur la prévention du tabagisme et de l'alcoolisme, dite loi Evin, du nom du ministre de la santé qui l'a défendue au Parlement, les députés et sénateurs n'ont eu de cesse d'en rogner la portée sur son volet alcool.

 

La défense de la santé publique est secondaire et toujours subordonnée aux intérêts alcooliers, notamment viticoles. C'est ainsi que, sous la pression du lobby de l'alcool, le Parlement a réintroduit successivement la publicité des boissons alcoolisées par affichage, la vente d'alcool dans les stades, la publicité en direction des jeunes en l'autorisant sur Internet, et enfin en 2015 l'ouverture de la publicité à tous les médias sous couvert de défense de l'œnotourisme.

 

Télécharger le dossier Décryptages N° 18 - Alcool : Députés et sénateurs en mission

 

 

Lire la suite...

zero alcoolLa journée internationale de prévention du syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) qui a lieu ce 9 septembre est l’occasion de rappeler que le SAF est la première cause évitable de déficience mentale et d’inadaptation sociale en France.

Les femmes enceintes qui consomment de l'alcool mettent en danger le fœtus et risquent de donner naissance à un enfant atteint de troubles du développement. Toute consommation d’alcool pendant la grossesse est susceptible de présenter un risque. Mieux vaut donc appliquer le "principe de précaution" : zéro alcool pendant la grossesse ! Les substances passent en effet du sang maternel vers le sang du fœtus et ont une action sur le processus de développement embryonnaire, puis sur le fœtus et enfin sur le développement psychomoteur de l’enfant.

Lire la suite...

Capture repu bbC'est entendu, pour les alcooliers, la loi Evin est un épouvantable carcan qui s'oppose sans raison à la promotion innocente des boissons alcoolisées. De la même manière, ils ont soutenu, avec leurs relais parlementaires, lors de l'examen de la loi Touraine en 2015 sur la modernisation du système de santé, qu'il était quasiment impossible de faire de la publicité pour les alcools. Ils assuraient également qu'il était hors de question de cibler la jeunesse dans les publicités.

L'Euro 2016 de football organisé en France par l'UEFA est un cas d'école pour constater les stratégies de contournement de la loi par les alcooliers, essentiellement de la bière, et par les agences de communication.

 

En résumé, l'Euro 2016 de foot a été un grand moment de matraquage publicitaire et de sponsoring d'un évènement sportif en France par le lobby de l'alcool, mais un sponsoring qui mobilise toute son habileté pour tenter de contourner la loi avec finesse.

 

Télécharger le Décryptages N°16 : La bière championne de l'Euro - Sport, sponsoring et publicité

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


La Cour des comptes rend public, ce 13 juin 2016, un rapport sur les politiques de lutte contre les consommations nocives d’alcool.  

 

Dans ce rapport, la Cour constate une absence de consensus cela alors que l’on déplore encore chaque année 49 000 décès.

 

Elle pose aussi le constat que « l’action publique peine à modifier les comportements ». « En n’agissant qu’imparfaitement sur les différents leviers disponible, l’État ne s’est pas donné les moyens d’infléchir les comportements à risque. » que ce soit réglementation de la et notamment la vente à emporter qui représente 60 % des ventes mais seulement  17 % des contrôles ; ou l’encadrement de la publicité des boissons alcooliques, avec des assouplissements successifs de la loi Évin ;  un encadrement peu contraignant des groupes de pression ; La fiscalité sans rapport avec les coûts que les consommations nocives entraînent pour la collectivité ; une régression du dépistage de l’alcool au volant et des sanctions peu dissuasives  

Lire la suite...

biere foot stade

 

Les relations entre Alcool et Sport/activité sportive sont de celles qui cristallisent régulièrement les débats.

 

En effet, ils sont tous les deux liés au plaisir et à la fête, mais de manière bien différente. Si on comprend bien les raisons qui poussent les alcooliers à s'immiscer dans les activités sportives, l'inverse est loin d'être évident.

 

Télécharger le dossier : Décryptages N°15 : Sport et alcool - Les liaisons dangereuses

 

 

 

 

 

Visionner la vidéo de Carine BLOCH, Directrice Régionale  ANPAA Ile-de-France  sur le dossier Décryptages N°15 : Sport et alcool - Les liaisons dangereuses

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer

cuisinier bouteille vinLes tentatives de contourner l'encadrement prévu par la loi Evin pour la promotion des boissons alcoolisées existent quasiment depuis la publication de la loi en 1991.

 

Les intérêts en jeu sont tellement importants pour le secteur de la production/distribution, mais aussi pour les publicitaires et annonceurs que l'objectif de protection de la santé des jeunes est considéré comme anecdotique ou dérisoire face à la recherche première du profit.

 

Un exemple récent en a été apporté par la transposition en France d'une émission de télévision québécoise, "Recettes Pompettes", qui a parfaitement démontré jusqu'à la caricature les enjeux contradictoires de la défense d'intérêts économiques et de promotion de la santé.

 

Télécharger le dossier : "Recettes Pompettes" :  Pochade ou incitation à l'ivresse ?

 

interview youtub basset

Visionner la vidéo de Bernard Basset, Vice-président de l'ANPAA sur le dossier

Décryptages N° 14 - "Recettes Pompettes" : Pochade ou incitation à l'ivresse ?"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

capture écran du décryptages n°13 de l'anpaa alcool, lobby, désinformationLe lobby de l'alcool conteste naturellement, comme tout lobby, tout ce qui peut s'opposer à une liberté totale de son activité, et à une augmentation de son chiffre d'affaire basé sur un niveau le plus élevé possible de consommation. Il prône donc la seule prévention éducative comme protection contre les dommages. Mais bien entendu, il n'est pas question de financer cette prévention. Les mêmes parlementaires, qui n'ont que le mot "Prévention" à la bouche, pour éviter des mesures contraignantes pour l'activité économique alcoolière, ne votent pas de crédits pour la prévention, et en tout cas jamais à la hauteur des budgets mobilisés pour promouvoir les boissons par la publicité[1].

C'est pourquoi, au nom d'une prévention aux moyens dérisoires, le lobby de l'alcool va réfuter des mesures efficaces pour réduire les dommages sanitaires et sociaux dûs à l'alcool :

  • L'action sur les prix auquel les jeunes sont particulièrement sensibles,
  • L'action sur l'offre (nombre et emplacement des points de vente, horaires d'ouverture, interdiction de vente aux mineurs…),
  • L'encadrement de la publicité qui est évidemment une incitation à consommer.

L'argument de la prévention et de l'éducation n'est le plus souvent qu'un leurre, voire un simple mantra, utilisé par le lobby de l'alcool pour éviter des mesures législatives ou réglementaires.

Source ANPAA Décryptages n°13 - Alcool : Désinformation et fausses allégations

 


[1] En 2011, les dépenses de publicité pour les boissons alcooliques étaient 100 fois supérieures à celles du budget de l'INPES pour la prévention en matière d'alcool.

Enregistrer

Enregistrer

Vente de boissons alcooliques ; du nouveau dans les licences

 

Passées relativement inaperçues, ces dispositions ont été insérées dans une ordonnance prise dans le cadre de la simplification de la vie des entreprises. Les mesures décidées vont dans un sens de simplification et donc pas dans celui du renforcement de l'encadrement de l'offre d'alcool.

Lire la suite...

cerveauLe lobby de l'alcool, imitant en cela l'exemple de celui du tabac, aujourd'hui totalement discrédité, développe une stratégie visant à délégitimer les acteurs de santé, et à prendre leur place sur les champs de la production scientifique (avec l'IREB), de l'information et de la prévention en santé (Avec Modération! ex-Entreprise en prévention).

A cet effet, le lobby des alcooliers développe un certain nombre d'outils et en particulier un programme de "prévention" baptisé Education au goût en France ou Educ'Alcool au Québec. La démarche est transparente: plutôt que de laisser les acteurs de santé mettre en place des programmes de santé qui pourraient gêner le marché, le lobby préfère contrôler toute initiative. Pour promouvoir ces programmes, les alcooliers disposent de moyens de communication importants, d'autant plus importants que les preuves d'efficacité de ces programmes sont pour le moins évanescentes, sinon inexistantes.

 

Télécharger le dossier : "Education au Gout"et Educ'Alcool : Les miroirs aux alouettes du lobby de l'alcool

 

intervieuw educ gout basset

Visionner la vidéo  de Bernard Basset, Vice-président de l'ANPAA sur notre chaîne Youtube ANPAA sur le dossier Décryptages N° 12 - "Education au Gout" et Educ'Alcool : Les miroirs aux alouettes du lobby de l'alcool".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vin nuageDans l'offensive contre la loi Evin en 2015, Vin & Société a été le fer de lance d'une stratégie qui vise tout à la fois à déréguler l'encadrement de la publicité sur les alcools, à délégitimer les institutions et les acteurs de santé publique, et à minimiser les risques liés à la consommation d'alcool et en particulier de vin.
Cet organisme dédié à la défense de la filière viticole a décidé de ne pas prendre de gants sur la base d'un message simple : les acteurs de la santé ne sont que des gêneurs et des entraves dont il convient de limiter au maximum l'expression et l'influence. Compte tenu de la puissance considérable de cet organisme, de son activisme auprès des élus, notamment parlementaires, et de ses moyens manifestement importants [1], un décryptage de cette offensive contre la santé s'impose afin que les acteurs de santé puissent comprendre cette stratégie et y répondre.

 

[1] Sur le site de Vin & Société, on ne trouve aucune indication sur son budget, contrairement à l'ANPAA. 

 

Télécharger le dossier :  Vin & Société : L'offensive contre la santé