Vous êtes sur :

mousses et choppes de bièreLes alcooliques souffrent souvent de troubles de la mémoire

pour la plupart réversibles après abstinence, ont indiqué des spécialistes lors d'une rencontre organisée par l'Inserm.

 

 

Il ressort de cette rencontre que

  • l’hospitalisation n'est pas adaptée lorsque le patient souffre de troubles cognitifs. "On demande actuellement aux malades d'oublier leurs habitudes et de mettre en place d'autres automatismes en l'espace de 15 jours, ce qui est juste impossible du point de vue cognitif", souligne Hélène Beaunieux, une chercheuse en neuropsychologie à l’université de Caen.
  • la capacité d'apprentissage du patient alcoolique est "plus coûteuse et moins efficace" que celle d'une personne non alcoolique,
  • cette perte de mémoire est généralement réversible chez les patients abstinents.

 

En savoir plus, consulter la dépêche AFP sur le site de La Dépêche

Rassemblements festifs et ordre publicEn matière de rassemblements festifs et d'alcoolisation massive des jeunes, il faut préférer la prévention plutôt que d’étoffer l’arsenal juridique telles sont les conclusions d'un rapport d'information présenté à la commission des Lois du Sénat par les sénateurs André Reichardt et Corinne Bouchoux.

Les soirées fortement alcoolisées quel que soit le contexte d’hyper alcoolisation (soirées étudiantes, rassemblements festifs, « apéros Facebook », alcoolisation massive en dehors de tout cadre… ) concernent une partie de la jeunesse de plus en plus massive et précoce. Ces évènements ont conduit les rapporteurs à s'interroger sur les dispositifs actuels destinés à lutter contre les éventuels troubles à l'ordre public.

  • Selon eux, la législation relative à l’alcool est « déjà abondante » : licences temporaires de vente d’alcool ; dispositions de la loi HPST ; interdiction de vente d’alcool à une personne manifestement ivre ; interdiction du bizutage ; répression de la conduite en état d’ivresse ; mesures issues de la LOPPSI ; possibilité d’une composition pénale en cas de consommation habituelle et excessive de boissons alcooliques. Plus généralement, l’arsenal juridique est « suffisant et éprouvé » : la police administrative exercée par le maire et le préfet ; le régime juridique des raves parties ; une extension délicate de l’encadrement légal des raves parties aux autres formes de rassemblement (la menace d’une atteinte excessive au droit à la vie privée et à la liberté individuelle / une échelle des événements radicalement différentes / le coût important d’une extension du dispositif).

    Lire la suite...

Femme enceinte allongée, tenant un verre de vinSelon une étude britannique publiée dans la revue Plos One, boire de l’alcool pendant la grossesse a une incidence sur le quotient intellectuel des enfants. L’étude s’est appuyée sur des femmes recrutées durant leur grossesse soit consommatrices modérées d’alcool

(une à six unités d’alcool par semaine) soit abstinentes. Puis lorsque les enfants ont été âgés de 8 ans, les chercheurs ont comparé les tests de QI des enfants à la consommation d'alcool de leurs mères. (L'étude a porté sur 14.500 femmes enceintes.)

 

 

Les résultats,

  • Les chercheurs ont trouvé quatre variantes génétiques sur les gènes métabolisant l'alcool.
  • Les chercheurs ont constaté une modification génétique chez les enfants de consommatrices modérées durant leur grossesse. En moyenne, le QI de ces enfants était de deux points inférieur, par modification génétique observée.
  • Aucun effet n'a été constaté sur les enfants dont les mères s’étaient abstenues de boire pendant la grossesse.

Consulter l'article Fetal Alcohol Exposure and IQ at Age 8: Evidence from a Population-Based Birth-Cohort Study sur le site de la revue PLOS ONE (en anglais)

Consulter le dossier du Magazine Addictions n° 5 - 2004 Grossesse et alcool. Lorsque l'enfant paraît...

Photo de 3 pintes de bièresSanté publique : Il ne faut pas taxer que la bière


Pour financer le déficit de la Sécurité sociale, le gouvernement envisage de doubler la taxe sur la bière et fait valoir que cette mesure satisfait de manière convergente les objectifs de retour à l’équilibre financier des comptes de l’Etat et ceux de santé publique.

Alourdir le poids de la fiscalité sur les boissons alcooliques est une politique que l’ANPAA appelle de ses vœux au nom de la santé publique. L’augmentation de leur prix freine leur consommation. La proposition du gouvernement va donc dans le bons sens mais est difficilement compréhensible en termes de santé publique dès lors qu’elle ne touche qu’une catégorie de boissons : la bière.

L’A.N.P.A.A. demande que toutes les boissons alcooliques soient taxées en fonction de la quantité d’alcool pur qu’elles contiennent. Outre qu’elle placerait sur un plan d’égalité chacune des boissons et éviterait toute discrimination, cette nouvelle fiscalité contribuerait au redressement des finances de

la France en faisant peser sur les consommateurs une contribution financière proportionnelle à la quantité d’alcool pur absorbée et au risque pris pour leur santé.

Conducteur au volantLe défaut de possession d’un éthylotest dans son véhicule, verbalisé à partir du 1er mars 2013

La possession d’éthylotest est obligatoire dans tous les véhicules depuis 1er juillet 2012 (décret du 28 février 2012).

« Compte tenu des difficultés d’approvisionnement recensées dans certaines régions » la verbalisation prévue pour défaut de présentation d’éthylotest ne prendra effet qu’à partir

du vendredi 1er mars 2013.

 

Consulter nos articles sur

Logo de l'OFDTPatients en difficulté avec l’alcool accueillis à l’hôpital

L’OFDT a réalisé fin 2010 une enquête sur les patients accueillis un jour donné dans les différentes structures hospitalières en addictologie. Environ 3.000 patients ont été interrogés. Trois groupes ont été proposés pour l’analyse :  les patients pour lesquels le produit qui pose le plus de problème est l’alcool, qui représentent les deux tiers de l’effectif total, ceux pour lesquels ce produit est un opiacé et/ou un stimulant, soit une personne sur cinq, et les patients ayant un problème exclusif ou principal avec le tabac (10 %). L’étude présentée dans le tendances n°82 porte sur le premier groupe

Lire la suite...

Le livret Prévention des risques et réduction des dommages chez les consommateurs d’alcool présente des pistes pour des pratiques professionnelles adaptées aux besoins de tous les publics, de chaque consommateur d’alcool.

Il a été élaboré par la commission des pratiques professionnelles A.N.P.A.A., commission pluridisciplinaire

composée de professionnels salariés élus par leurs

pairs et administrateurs nommés, vient de faire paraître le document « Prévention des risques et réduction des dommages chez les consommateurs d’alcool ».

 

 

La prévention des risques et réduction des dommages chez les consommateurs d’alcool, c’est :

  • Une démarche de promotion de la santé.
  • Une dynamique inscrite dans un continuum qui va de la prévention aux soins.
  • Des actions élaborées autour d’objectifs pragmatiques de différents niveaux compte tenu de l’individu, de ses pratiques, expériences, compétences et vulnérabilités, dans un contexte donné.
  • Une recherche de stratégies, avec chaque individu, fondées sur une balance entre dommages et bénéfices d’une consommation d’alcool.
  • Des actions qui ne se limitent pas aux seuls objectifs de réduction de la consommation d’alcool, voire d’abstinence, mais qui peuvent viser la consommation contrôlée.
  • Une approche permettant à l’usager de vivre avec ses pratiques tout en diminuant autant que possible ses risques et dommages.
  • Une coopération inscrite dans le cadre de partenariats concertés.

Télécharger le livret Prévention des risques et réduction des dommages chez les consommateurs d’alcool Des livrets sont disponibles sur demande (dans la limite des stocks disponibles) auprès des établissements Anpaa de votre département

Visionner la vidéo du Dr Anne-Françoise HIRSCH-VANHOENACKER, médecin A.N.P.A.A. du Nord et vice-présidente de la commission des pratiques professionnelles* de l'A.N.P.A.A. qui nous présente le livret

Trois verres de vin blancConsommer quatre verres d’alcool par jour fragilise le cerveau

Ce sont les conclusions d’une étude du CHU de Lille publiée mardi 11 septembre dans la revue internationale Neurologysont. Durant cinq ans 540 patients hospitalisés pour un accident vasculaire cérébral ont été suivis. Il apparait que lorsque le seuil des quatre verres quotidiens est atteint, au scanner, le cerveau apparaît atrophié et fragilisé. «Ils ont un vieillissement cérébral accéléré», résume le Pr Charlotte Cordonnier, qui a dirigé l'étude.

Pour les consommateurs de quatre verres quotidiens d’alcool, le risque d'accident vasculaire est avancé de 14 ans en moyenne, même chez les personnes qui sont a priori en bonne santé. «L'alcool va rendre ces petits vaisseaux de plus en plus rigides et poreux. Ajouté aux perturbations de la coagulation dues à l'alcool, tout est réuni pour que l'accident se produise»,indique le Pr Cordonnier

Source, Le Figaro du 11/09/2012

Affiche du colloque grossesse et alcoolLes actes du colloque "Grossesse et alcool de la femme à l’enfant, savoir et agir ensemble" sont disponibles sur le

site de l’ANPAA Bretagne.

 

Vous pourrez y retrouver les différentes interventions :

Colloque organisé en juin 2012 par SAF France et soutenu par l’ARS Bretagne, en lien avec l’ANPAA Bretagne.

Grand écran et petites soifsUne étude américaine* menée pendant deux ans auprès de 6.500 préadolescents (10-14 ans) s'est intéressée à l'influence exercée par les salles obscures sur la tendance à s'alcooliser, à partir d'un corpus des films totalisant le plus d'entrées et présentant des scènes d'alcoolisation explicite.

Les ados les plus exposés aux scènes d'alcoolisation, comparés à ceux qui l'étaient le moins, ont été deux fois plus nombreux à s'initier à l'alcool. Pour les chercheurs, le visionnage de scène d'alcoolisation jouerait un rôle à la fois dans le démarrage des consommations (28%) et l'encouragement au binge drinking (plus de cinq verres en une occasion) (20%).

Cette étude ne fait que confirmer une relation déjà montrée maintes fois, auprès de publics de tous âges. Et vérifiable naturellement avec les films ou séries du petit écran. La projection répétée de scène d'alcoolisation contribue largement à leur normalisation. Leur impact est encore renforcé en cas de placement de produit (procédé de marketing consistant à la mise en valeur d'un produit commercial dans une œuvre culturelle).

* Stoolmiller et al- Comparing media and familiy protectors of alcohol use. BMJ Open