Vous êtes sur :

Dans un communiqué la Délégation Interministérielle à la Sécurité Routière (DISR) annonce que des tests salivaires seront expérimentés au cours du dernier trimestre 2014 sur les conducteurs automobiles dans plusieurs départements. L’objectif est de simplifier la procédure de contrôle en remplaçant le prélèvement sanguin par un prélèvement salivaire effectué par les forces de l'ordre. Ce prélèvement salivaire sera ensuite envoyé en laboratoire afin de confirmer la prise d’une substance illicite.

 

La généralisation du deuxième test salivaire permettra ainsi d'augmenter les contrôles en matière de conduite après usage de stupéfiants grâce au gain de temps généré par l'abandon du test sanguin de confirmation. Chaque année les forces de l'ordre pratiquent 144.000 dépistages de stupéfiants et 10 millions de contrôles d'alcoolémie cela alors que 21% des accidents mortels en 2013 sont liés à la consommation de drogues, contre 30% pour l'alcool.

 

Le communiqué rappelle que la procédure actuelle est longue et coûteuse « la recherche de stupéfiants nécessitant actuellement un dépistage salivaire réalisé par les forces de l'ordre puis une présentation du conducteur devant un médecin afin d'effectuer un prélèvement sanguin qui est ensuite envoyé en laboratoire aux fins de recherches et de résultats. »

 

Cette expérimentation est pilotée par la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives (MILDECA).