Vous êtes sur :

Sécurité routière, durcissement des sanctionsAvec l'objectif de réduire le nombre de morts sur la route, les 32 membres de la mission d’information parlementaire sur la sécurité routière ont présenté, mercredi 5 octobre, leurs conclusions aux sénateurs et députés.

Parmi les 40 propositions formulées, l' A.N.P.A.A. retient :

  • faire passer de 6 à 8 points de retrait, toute alcoolémie supérieure à 0,8 g/l
  • sanctionner dès 0,2 g/l au lieu de 0,5 g/l aujourd’hui, les titulaires d’un permis de moins de trois ans
  • obliger chaque conducteur à avoir un éthylotest à bord de son véhicule pour pouvoir s’auto-évaluer en cas de besoin.

Ces mesures vont dans le sens des dernières recommandations du Parlement européen en matière de sécurité routière qui, dans sa séance plénière du 27 septembre 2011, préconise notamment un taux d'alcoolémie zéro pendant les deux premières années pour les conducteurs débutants, et de façon permanente pour les conducteurs professionnels.

Plan de cannabisUn homme atteint de sclérose en plaques, qui cultivait du cannabis chez lui, vient d'être condamné mais dispensé de peine par le tribunal correctionnel de Strasbourg. A l'audience, le prévenu a produit un certificat médical établi par un médecin suisse attestant que le cannabis atténuait ses douleurs et améliorait sa motricité. Il a expliqué qu'il consommait les fleurs de ses plants de cannabis sous forme de gâteaux sucrés au miel "pour en masquer le goût". Dans cette affaire, le parquet a lui-même requis une "application bienveillante de la loi".

Interdite en France, la prescription thérapeutique de produits à base de chanvre est légale en Suisse depuis le 1er juillet 2011 et est autorisée notamment aux Pays-Bas, en Espagne ainsi que dans certains Etats américains.

 

Pour l’ A.N.P.A.A., un débat relatif à la consommation du cannabis en France s’impose.

Retrouvez ici notre communiqué de presse du 17 juin

2011 "Cannabis : une dépénalisation de bon sens, une vraie politique de santé publique nécessaire"

Affiche du Défi BrestoisDu 6 au 13 octobre 2011, l' A.N.P.A.A. 29 organise la quinzième édition de son Défi brestois. Cette action de prévention vise à interpeller l’ensemble de la population brestoise à réfléchir à sa consommation d’alcool.  Son action se concrétise pendant toute une semaine durant laquelle chacun est invité à « relever le Défi », à réfléchir sur ses relations aux boissons alcooliques et éventuellement de s’en abstenir trois jours consécutifs démontrant ainsi sa totale indépendance vis à vis du produit alcool.

Le thème de cette édition 2011: Alcool : c'est quoi, "boire normalement" ? (télécharger le programme)

M. Luc Durouchoux, vice-président de l' A.N.P.A.A. 29, présente la manifestation dans cette séquence vidéo :

{flv img="http://anpaa.diatem.net/images/stories/videos/vlcsnap-durouchoux-ledefi.png"}Defi_Brestois{/flv}

 

 

Logo du code de conduite des industriels de l'alcool

 

Des producteurs mondiaux de vins et spiritueux ont adopté un "code de conduite" de la publicité pour l'alcool sur Internet dans l'Union européenne et aux Etats-Unis.

L’objectif annoncé, proposer la publicité aux internautes en âge de consommer de l’alcool. Les industriels s'engagent notamment :

  • à demander l’âge des internautes,
  • à être présents sur des sites où au moins 71,6 % des visiteurs ont l'âge de consommer de l'alcool.

 

La position de l’Association

nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa)

Des études récentes démontrent qu’une exposition à la publicité sur l’alcool dans les médias classiques ainsi que la promotion de l’alcool, soit par une apparition dans des films, soit par l’utilisation de produits dérivés, ont des effets significatifs sur le fait que les jeunes boivent ou non, augmentent leur consommation ou non.
Source : Comité OMS d’experts des problèmes liés à la consommation d’alcool, OMS. Les publicités ont une action particulière sur les jeunes car elles valorisent la consommation d’alcool comme des attitudes positives.

L’auto-régulation effectuée par les producteurs de boissons eux-mêmes (par exemple en publiant des codes de bonne conduite) n’apparaît pas comme efficace. En revanche, il existe de fortes preuves de l’efficacité des politiques régulant le marché de l’alcool.

 

L’OMS a modélisé l’impact de l’interdiction de la publicité ; appliquée à l’Union européenne, elle entraînerait le bénéfice de 202 000 années de vie améliorées ou sauvées pour un coût d’implantation estimé à 95 millions d’euros par an.
Source : L’alcool en Europe. Une approche en santé publique. Rapport à la Commission Européenne. Anderson P., Baumberg B. Traduction du résumé en français par Michel Craplet

Les comportements d’achats de tabac des fumeurs précaires fréquentant les CAARUD/CSAPA parisiensLes comportements d’achats de tabac des fumeurs précaires fréquentant les CAARUD/CSAPA parisiens

L'OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies) publie une note présentant les résultats d'une enquête sur les comportements d’achat de fumeurs fréquentant trois CAARUD/CSAPA (Centres d'Accueil et d'Accompagnement à la Réduction de risques pour Usagers de Drogues/Centres de Soins d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie) parisiens, qui ont peu de ressources financières mais continuent de fumer malgré les hausses de prix du tabac. Outre la description des comportements des fumeurs interrogés, l'enquête permet de dresser le profil tabagique de ces personnes en difficulté avec leur consommation de produits psychoactifs et relativement précaires.

 

Les comportements d’achats de tabac des fumeurs précaires fréquentant les CAARUD/CSAPA parisiens

CAARUD - CSAPA Adresses utiles de l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie

Forum de la prévention et de la promotion de la santé - 13 & 14 septembre 2011

Forum - de l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie -  de la prévention et de la promotion de la santé  - 13 et 14 Septembre 2011

Le forum A.N.P.A.A. de la prévention et de la promotion de la santé a eu lieu les 13 et 14 septembre 2011. Cette manifestation a eu pour objectif d’affirmer la place de la prévention dans les missions et activités de l’A.N.P.A.A., de valoriser le travail de prévention réalisé par les équipes de terrain et d'améliorer la connaissance, la diffusion et le transfert des démarches d’intervention et des outils en interne. Près de 180 animateurs de prévention de toute la France se sont réunis pour échanger sur leurs pratiques, partager leurs outils et échanger avec les élus et le Siège sur une activité prévention en évolution.



Discours introductif du Dr Alain RIGAUD, président de l’A.N.P.A.A.

Intervention du Dr Patrick DAIME, Secrétaire Général de l’A.N.P.A.A.

Eric BRETON, Professeur et titulaire de la Chaire Inpes « Promotion de la santé » à l'EHESP (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique), nous propose une définition de la promotion de la santé.

Jeunes gens qui dansentA compter du 1er décembre 2011, les

discothèques vont devoir s'équiper de dispositifs «permettant le dépistage de l'imprégnation alcoolique» selon l’arrêté issu de la loi LOPPSI (loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure) paru samedi 1er octobre au Journal officiel.

 

Les établissements concernés (bars nocturnes, cabarets et discothèques ouverts entre 2 heures et 7 heures du matin) disposent de deux mois pour se mettre en conformité avec cet arrêt. Le responsable de l'établissement devra «s'assurer qu'à tout moment la demande de dépistage peut être satisfaite dans un délai inférieur à quinze minutes» et proposer un nombre minimal d'éthylotests, qui est fonction de l'effectif accueilli. Si un patron de boite opte pour les éthylotests chimiques, il devra par exemple être capable d'en fournir au moins cinquante par nuit.

L'arrêté laisse le choix entre l'installation d'une borne éthylomètre ou le recours à l'éthylotest chimique, le tout financé par les responsables des établissements de nuit.

Lire l'arrêté du 24 août 2011 paru au Journal Officiel du 1er octobre 2011

Consulter la liste des éthylotests certifiés pour la marque NF par AFNOR Certification

Décision de justice

 

Le Comité national contre le tabagisme (CNCT) a fait condamner un représentant de la Confédération des buralistes, auteur de violations de la loi Evin. Ce dernier vendait du tabac à des mineurs de moins de 16 ans. Un autre buraliste a été condamné pour publicités attractives et mensongères sur le lieu de vente.

Emmanuelle Béguinot, directrice du CNCT, se félicite de ces deux décisions : « Au moment où la consommation de tabac est en train de reprendre, il est essentiel de marquer la plus grande fermeté à l’égard des violations des mesures préservant l’entrée dans le tabagisme des jeunes »

Consulter le communiqué de presse du CNCT

Enfant qui joue de manière compulsive à un jeu sur ordinateurL’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) invite les parents à suivre les conseils du Professeur Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, spécialisé dans les relations jeunes-médias-images.

Parmi les 4 conseils,
•pas de télévision avant 3 ans, avec discernement après 3 ans
•pas de console de jeu personnelle avant 6 ans, pour favoriser la créativité
•Internet accompagné à partir de 9 ans, pour préserver son enfant
•Internet seul à partir de 12 ans, avec prudence

nous retenons "pas de console de jeu personnelle avant 6 ans pour favoriser la créativité."

"Lors de sa croissance, l'enfant développe son imagination en créant de ses propres mains, notamment par le dessin, le modelage et le jeu avec d’autres.Il en est tout autrement lorsque l'enfant s'initie trop tôt aux automatismes de la console de jeu, défavorisant ainsi le développement de sa motricité fine et de sa créativité. A cet âge, jouer seul sur une console personnelle devient rapidement compulsif."

Le communiqué de presse de l'AFPA sur le bon usage des écrans chez les enfants. Télévision, ordinateur, jeux vidéo… les recommandations à adopter (PDF - 248 Ko)

Logo du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2012

 

Le gouvernement prévoit un déficit de la Sécurité sociale ramené à 13,9 milliards d'euros en 2012, contre 18,2 milliards en 2011, a indiqué Valérie Pécresse, la ministre du Budget, en présentant le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS).

L’objectif, diviser par deux entre 2010 et 2012 le déficit de l'assurance maladie.

 

 

A noter :

  • Pour 2012, l'ONDAM, l'objectif national des dépenses d'assurance maladie, est fixé à 2,8%, soit 4,8 milliards d'euros de moyens supplémentaires dédiés au système de soins, par rapport à 2011.
  • Les taxes sur les alcools forts (titrés à plus de 40°) seront augmentées. Seule exception : le rhum. Les recettes attendues sont d’environ 340 millions d'euros.
  • La hausse du prix du tabac, de 6% dès octobre, puis à nouveau de 6% en 2012. Les recettes attendues sont d'environ 600 millions d'euros en 2012.
  • La taxe sur les boissons contenant du sucre ajouté sera incluse dans le projet de loi de finances (PLF) pour 2012.

 

le dossier de presse du PLFSS 2012 (PDF - 336 Ko)
le communiqué de l'A.N.P.A.A., du 26/08/11 Taxation sur l’alcool, le tabac et les produits sucrés : La santé après le budget !