Vous êtes sur :

cigarette

 

La ministre de la santé vient de tripler le forfait annuel de prise en charge des substituts nicotiniques par l'assurance maladie en le passant à 150 euros pour toutes et tous.

 

Ce forfait était de 50 euros pour le "grand public", il s'aligne désormais sur les forfaits destinés aux jeunes 20-30 ans, femmes enceintes, bénéficiaires de la CMU-C et personnes en affection de longue durée pour un cancer.


Les conditions de remboursement forfaitaire sont inchangées, sur la base d'une prescription médicale, étendue aux médecins du travail, chirurgien.ne.s-dentistes, infirmier.e.s, masseur.euse.s-kinésithérapeutes, ainsi qu'aux sages-femmes pour les personnes qui vivent régulièrement dans l'entourage d'une femme enceinte ou de l'enfant jusqu'au terme de la période postnatale ou assurent la garde de ce dernier.
 

Ce triplement à compter du 1er novembre est l'un des leviers de l'opération "moi(s) sans tabac" auquel participe activement l'ANPAA

Lire la suite...

« La Nuit Zéro Accident », c’est le 5 novembre dans les Bouches-du-Rhône

 

« La Nuit Zéro Accident » c’est  une action de prévention reconduite tous les ans au cours de laquelle plusieurs associations dont l’ANPAA des Bouches-du-Rhône ainsi que 150 bénévoles vont aller au devant des jeunes automobilistes afin de les sensibiliser aux effets et dangers de l’alcool et de la drogue au volant. S’amuser et rester sobre n’a rien d’incompatible.

 

Cette initiative a pour objectif d’inciter les jeunes à adopter le réflexe « SAM » (sans accident mortel), « celui qui conduit c’est celui qui ne consomme ni alcool ni drogues ».

Lire la suite...

vin laboratoireLe lobby de l'alcool, tout comme le lobby du tabac, et sur le même modèle, a développé depuis des décennies une stratégie d'influence qui repose notamment sur une présence partout où le sujet de la consommation d'alcool et de ses effets peut être évoqué.

Cette occupation du terrain, pourrait-on dire, vise à prévenir ou atténuer une présentation négative des boissons alcooliques qui aurait un impact commercial. Ainsi le lobby de l'alcool en France a investi depuis 1971 le champ scientifique en créant son propre organisme, l'Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons (IREB)[1].

 

Aujourd'hui, cette façade scientifique des alcooliers se transforme et devient la Fondation pour la Recherche en Alcoologie (FRA). Il importe donc d'analyser les buts poursuivis par cette évolution et ses conséquences.


[1] Cf. ANPAA, Décryptages n° 7 : « L'IREB, la façade scientifique des alcooliers », octobre 2015.

Télécharger le dossier Décryptages N° 19 - La "nouvelle" façade scientifique des alcooliers - la FRA : la Fondation pour la Recherche en Alcoologie

video d 19

 

Le professeur Mickaël Naasila, Président de la SFA (Société Française d’Alcoologie) revient sur les limites que rencontre actuellement le secteur de la recherche en alcoologie en France.

Voir la vidéo

 

 

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

statut senatLes débats parlementaires concernant les boissons alcoolisées suivent toujours un scenario écrit par avance auquel la loi de Modernisation du système de santé, dite Loi Touraine, n'a pas échappé en 2015. Après le vote en 1991 de la grande loi de santé publique sur la prévention du tabagisme et de l'alcoolisme, dite loi Evin, du nom du ministre de la santé qui l'a défendue au Parlement, les députés et sénateurs n'ont eu de cesse d'en rogner la portée sur son volet alcool.

 

La défense de la santé publique est secondaire et toujours subordonnée aux intérêts alcooliers, notamment viticoles. C'est ainsi que, sous la pression du lobby de l'alcool, le Parlement a réintroduit successivement la publicité des boissons alcoolisées par affichage, la vente d'alcool dans les stades, la publicité en direction des jeunes en l'autorisant sur Internet, et enfin en 2015 l'ouverture de la publicité à tous les médias sous couvert de défense de l'œnotourisme.

 

Télécharger le dossier Décryptages N° 18 - Alcool : Députés et sénateurs en mission

 

 

Lire la suite...

L’appel des 100.000 contre le tabac. Professionnels, mobilisez-vous !


L’ANPAA soutient l'appel qui vient d’être lancé aux professionnels de santé par l’Alliance contre le tabac (Coalition d’Associations Contre le Tabagisme et Pour la Promotion de la Santé). 

 

L’objectif, mobiliser les professionnels en recueillant 100.000 signatures afin d’interpeller les responsables politiques, élus et futurs élus sur les mesures à prendre pour lutter contre le tabagisme responsable de 78.000 morts par an et dont le coût sanitaire est estimé à 25,9 milliards d’euros par an.

 

.

 

Signez l’Appel

Enregistrer

Enregistrer

Les Consultations Jeunes Consommateurs (CJC) ont 10 ans. Celles-ci ont été créées afin d’agir auprès des jeunes dès les premiers stades de la consommation à l'origine pour la consommation de cannabis puis pour la consommation d'un produit et/ou pour un comportement relevant du champ des addictions.


A l’occasion de leur anniversaire une journée est organisée au Ministère des affaires sociales et de la santé. Cette journée « se donne pour objectif de consolider l’identité de la mission CJC à travers la présentation d’actions existantes sur les territoires. …. Parce que les conduites addictives des jeunes sont l’affaire de tous, il est essentiel d’agir ensemble ! »

Lire la suite...

A l’occasion du lancement du Moi(s) sans tabac, le BEH 30-31 traite du  « tabagisme en France : comportements, mortalité attribuable et évaluation de dispositifs d’aide au sevrage »

 

Chiffres clefs sur  les comportements

En 2015 la prévalence du tabagisme n’a pas baissé en France. le tabagisme concerne 34,6% des 15-75 ans, et le tabagisme quotidien est de 28,8% (33% des hommes et 25% des femmes).

Avec toutefois une diminution du tabagisme quotidien chez les lycéens, avec 23% de lycéens fumeurs en 2015 contre 31% en 2011 ; ainsi qu’une diminution du tabagisme au domicile avec 28,2% de la population déclarait en 2014 que quelqu’un fume au domicile, contre 32,8% en 2005.

Lire la suite...

Pour inciter les fumeurs à arrêter, Marisol Touraine , ministre des Affaires sociales et de la Santé, lance le Moi(s) sans tabac.

 

Il s’agit d’une opération nationale, inspirée de l’initiative britannique « Stoptober » (Stop Tobacco in October), qui a pour objectif d’inciter les fumeurs à arrêter de fumer pendant au moins 30 jours.

 

A partir du 1er novembre, chaque participant pourra bénéficier d’un accompagnement sur mesure. Pour bénéficier de l’accompagnement sur mesure il suffit de s’inscrire sur Tabac Info Service, sur l’application mobile Tabac Info Service ou par téléphone au 39 89.

Lire la suite...

Stéphane LAZREG, ANPAA PicardieStéphane Lazreg, psychologue à l’ANPAA Picardie donne quelques conseils aux parents qui s’inquiètent parce que leurs adolescents passent beaucoup d’heures devant l’ordinateur.  


Il rappelle par exemple qu’avant de s’inquiéter il faut d’abord se questionner quant aux impacts éventuels du temps d’écran sur la santé des adolescents : sommeil, sédentarité obésité, anxiété, détresse….


Visionner la vidéo sur notre chaîne Youtube

 

 


Pour en savoir plus

Jeux vidéo : une étude rassurante pour les enfants. Le Figaro du 03/10/2016
Adolescence et conduites addictives. Nouvel outil de prévention!
Jeux vidéo, consoles, pratiques compulsives, ... Serge Tisseron donne quelques conseils aux parents

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

guide mildeca

La Mildeca publie un guide sur les nouvelles substances psychoactives. Ce guide est destiné aux services d’accueil des urgences afin « d'améliorer la prévention et la prise en charge thérapeutique lors d'une suspicion d'intoxication à ce type de substances ».

 

Le guide liste les nouvelles substances psychoactives et les nouveaux produits de synthèse. Il s'agit des "substances psychoactives nouvellement arrivées sur le marché, naturelles ou synthétiques, classées ou non produits stupéfiants ou psychotropes au niveau national".

 

Le guide propose une synthèse du protocole accompagnant la prise en charge thérapeutique lors d'une suspicion d'intoxication à ces produits.

 

Le guide a été rédigé en lien avec la MILDECA, la DGOS, les CEIP, l’ANSM, l’OFDT et l'association ELSA France. Il est publié et financé par la MILDECA sous la direction du Dr Laurent KARILA



Télécharger le guide

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer