Vous êtes sur :

172 baravin

 

 

 

 

Matignon a reçu le 18 novembre des représentants du collectif interassociatif des acteurs de santé opposés au démantèlement du volet Alcool de la loi Evin (Pr A. Benyamina, Fédération Française d'Addictologie, Pr M. Reynaud, Fond Actions Addictions, et Dr B. Basset, ANPAA). Cette réunion sollicitée depuis des mois a été organisée quelques jours seulement avant le débat ultime de la loi de Santé à l'Assemblée nationale.

 

 

Ils ont présenté un projet de texte d'amendement qui permettrait d'inscrire directement dans la loi Evin l'œnotourisme et l’oenojournalisme, et ainsi les sécuriser, puisque tel est l'objectif, sans pour autant la démanteler (l'amendement adopté au Sénat et en Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale fait sortir de la loi Evin la majorité des alcools, ce qui permettra une communication incitative sans aucun contrôle possible). Cette proposition avait déjà été faite à la présidente de la Commission des Affaires sociales et au cabinet de la ministre de la Santé. Le gouvernement peut encore déposer cet amendement lors du débat à l'Assemblée nationale.


Cette proposition constructive démontre à l'évidence que les acteurs de santé publique n'ont jamais été opposés à l'œnotourisme ni à l’oenojournalisme, mais qu'ils veulent préserver une loi qui protège la santé, en particulier celle des jeunes, et s'opposer au matraquage publicitaire et à la consommation massive qu’elle entraine.


C’est aussi le souhait des Français, comme le démontre un récent sondage de l'INPES : 89 % considèrent que la publicité pour les alcools est déjà suffisante ou excessive, et qu'elle incite surtout les jeunes à consommer davantage. 60 % des Français considèrent que la loi Evin est trop laxiste.


Le gouvernement pourrait ainsi démentir concrètement les propos du lobby de l'alcool qui se targue publiquement du soutien de l'Elysée et de Matignon au démantèlement de la loi Evin, comme  le soulignait en Une le journal Les Echos le 18 novembre.


Monsieur Hollande, Monsieur Valls, saisissez-vous de cette proposition équilibrée et juste qui préserve la santé publique. Vous avez les moyens de sécuriser l'œnotourisme en proposant un vote qui limiterait l'augmentation de la consommation d'alcool dans notre pays et ses conséquences : bitures expresses, violences sociales et sexuelles, insécurité routière et, à terme augmentation de la mortalité qui représente déjà 135 morts par jour et 15 000 cancers par an.

 

Monsieur Hollande, Monsieur Valls, saisissez cette main tendue.
   

 

Signataires  :
Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA) : www.anpaa.asso.frDr Alain Rigaud : 06 08 22 25 29
Fonds Actions Addictions – http://actions-addictions.org - Pr Michel Reynaud : 06 08 64 65 68
Fédération Française d'Addictologie : www.addictologie.org - Pr Amine Benyamina : 06 84 49 41 46