Vous êtes sur :

Retrouvez dans cette rubrique l'ensemble des communiqués de presse publiés par l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie.

Pour être informé de la publication des nouveaux communiqués en temps réel, abonnez-vous à notre flux RSS presse :

Abonnez-vous au fil RSS des communiqués de presse de l'A.N.P.A.A.

 cp 07 10 2015

Lors du vote final en première lecture de la loi de modernisation du système de santé, les sénateurs ont persisté dans leur volonté de démantèlement de la loi Evin. Sous prétexte fallacieux de la clarifier et de sécuriser la promotion de l'oenotourisme qu'elle n'a jamais interdit, Ils ont voté un amendement qui permettrait à 90 % des publicités pour les boissons alcooliques d'échapper à l'encadrement voulu en 1991 par le législateur pour protéger la jeunesse.

Lire la suite...

Alcool : un coût social faramineux - Le Sénat propose de l'alourdir encore

 

L'étude publiée par l’ODFT le 11 septembre démontre le coût humain et social ainsi que le poids économique faramineux de la consommation d'alcool sur les dépenses de la nation. Pierre Kopp, auteur de l’étude et professeur à l’Université Panthéon Sorbonne, chercheur au centre d’économie de la Sorbonne et à Paris School of Economics, évalue le coût social de l’alcool à 120 milliards d’euros, équivalent à celui du tabac. Ce coût social est composé du "coût externe" (valeur des vies humaines perdues, perte de la qualité de vie, pertes de production) et du "coût pour les finances publiques" (différence entre dépenses de prévention, répression et soins et recettes des taxes fiscales et des  retraites non versées). Surtout, il pointe que les recettes fiscales sont très inférieures au coût des soins déployés pour soigner les maladies de l’alcool (37 % seulement).

Lire la suite...

150911coutsocialdrogue

 

Les données de l'étude de l'OFDT sur les coûts sociaux des drogues, en particulier des drogues licites sont tellement spectaculaires qu'on attend légitimement une réponse énergique des pouvoirs publics. Le rapport souligne le poids des années de vie perdues, plus nombreuses pour l'alcool, des conséquences sanitaires et sociales (maladies, accidents, handicaps, violences…). Par ailleurs, indépendamment des souffrances causées, le coût de 120 milliards de dépenses chacun pour l'alcool et le tabac sont très loin d'être couverts par les taxes et recettes fiscales.

Lire la suite...

cp 07 10 2015

Le Conseil constitutionnel a déclaré contraire à la Constitution l'article 225 de la loi Macron remettant en cause la loi Evin pour sa partie traitant de l'encadrement de la publicité sur les boissons alcooliques

 

Les associations et les sociétés savantes du champ de l'addictologie ont pris connaissance avec satisfaction de la décision du Conseil qui rejette, avec sagesse, un « cavalier législatif » concernant la santé dans une loi sur l’économie. Cet amendement à la loi Evin a montré combien les lobbies de l’alcool sont décidés, au motif de « clarification », à détricoter la loi Evin pour leurs intérêts économiques alors que c’est une loi de santé publique qui vise la protection de la jeunesse et les personnes les plus fragiles.

Lire la suite...

.

megots

Après avoir été à l'initiative du démantèlement de la loi Evin sur l'alcool, le Sénat récidive dans son offensive contre la santé publique. La commission des Affaires sociales vient en effet de se prononcer contre l'instauration des paquets neutres de cigarettes, une mesure anti-marketing efficace pour réduire les dommages sanitaires, défendue par la ministre de la santé, Marisol TOURAINE et promue par dix autres pays occidentaux

 

Le Sénat, après avoir servi le lobby de l'alcool lors de la loi Macron, s'incline maintenant devant le lobby du tabac. L'objectif des sénateurs est le même : laisser la plus grande liberté au marketing ou à la publicité, et au commerce, et qu'importent les dommages sanitaires et sociaux. Mais cette fois, la manœuvre est encore plus transparente, car il n'est pas possible pour le tabac de se réfugier derrière l'alibi du patrimoine culturel ou gastronomique national.

Lire la suite...

172 baravinLes associations écrivent au Président de la République et au Premier Ministre, et demandent à Marisol Touraine un Plan national Alcool

 

Au moment où la loi Macron est adoptée sans vote par le 49-3 avec l’amendement gouvernemental qui remet en cause l'encadrement de la publicité sur les boissons alcooliques jusqu’à la vider la loi Evin de son sens, l'ensemble des associations sur le champ des addictions écrivent au Président de la République et au Premier ministre pour dénoncer cette mesure.

 

 

Lire la suite...

ag

TTIP / Accord de Partenariat Commercial entre l’UE et les Etats Unis : la santé n’est pas une marchandise comme une autre. Il faut réformer le système de règlement des litiges et éviter la primauté des intérêts privés sur l’intérêt public.

Au terme de négociations et de débats souvent houleux en commissions et en séances plénières du Parlement européen, le rapport d’initiative sur l’Accord de Partenariat Commercial et d’Investissement avec les Etats Unis (TTIP), après avoir été reporté une première fois, est revenu devant le Parlement mercredi 8 juillet. Il a été adopté  par 436 voix pour, 241 voix contre et 32 abstentions.

Lire la suite...

cp alerte2015

Les annonces gouvernementales concernant l'accueil des migrants constituent un réel progrès dans la prise en compte des situations des demandeurs du statut de réfugiés. Ceux-ci pourront dans beaucoup de cas, bénéficier d’une réelle amélioration de leur sort. Mais ces mesures ne répondent pas de manière suffisante à la demande d’accueil des personnes présentes sur notre territoire et qui n'ont pas le statut de réfugié. Les propositions qui sont faites ne permettent pas de trouver une réponse adaptée au respect de la dignité de ces personnes.


ALERTE attire l'attention des pouvoirs publics, et des représentants élus de la nation, sur les coûts humains, économiques et politiques qu'entraînent ces situations de précarité sociale auxquelles sont
soumises les personnes présentes sur notre territoire et qui, issues de pays en grande difficulté, n’ont pas le statut de réfugiés, et qui, pourtant, ne sont pas expulsables.

 

Il est urgent de prendre des mesures concernant les formes concrètes qui permettent de respecter l'obligation d'accueil inconditionnel des personnes en détresse, comme cela est prévu dans le code de l'action sociale et dans les conventions internationales qui créent pour l'État français des obligations qui lui sont régulièrement rappelées.

 

Contacts presse
François Soulage – 06 07 64 76 66 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Valérie Mercadal – 01 53 36 35 06 / 07 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Télécharger le communiqué de presse

cese addictionsLoin des prises de position reposant davantage sur une opinion que sur un examen serein d'une situation complexe, le CESE préconise une politique des addictions fondée non pas sur les représentations du grand public mais sur les réalités issues de l’expertise.


Alors que la loi Macron va affranchir de tout contrôle la publicité pour les boissons alcooliques dans les médias, le CESE souligne que "la diffusion de produits comme l'alcool et le tabac fait l'objet d'un marketing affûté. Détournant le strict encadrement de la publicité, de nouvelles stratégies marketing favorisent leur consommation. Sur les réseaux sociaux notamment, des images flatteuses de la transgression, de l’exaltation de la liberté valorisent indirectement les produits". L’ANPAA ne peut que partager ce constat, particulièrement avisé, elle qui a combattu avec constance ces dérives marketing en France et qui agit au niveau européen, au sein d'Eurocare, pour une véritable stratégie alcool au service de la santé de toutes et tous.

Lire la suite...

Le remède gouvernemental aussi dangereux que le mal sénatorial.

 

En contradiction flagrante avec l'engagement du président de préserver la loi Evin, le gouvernement a écrit un texte qui vient la saper tout autant que l’amendement du Sénat.

Lire la suite...