Vous êtes sur :

Entretiens

anpaa75Interview d’Alice Lanquette (animatrice de prévention), Franck Moulius (éducateur spécialisé)de l’ANPAA 75 et, Perrine Lebourdais (attachée de direction) ANPAA Ile-de-France.

 

Après un an et demi d’accompagnement par les membres de l’équipe de prévention de l’ANPAA 75, les résidents et l’équipe de professionnels du CHRS[1] Georges Dunand ont décidé d’autoriser la consommation d’alcool dans les espaces privatifs. Chez le public en situation de précarité, les niveaux de consommation d’alcool, substance légale et facile d'accès, sont supérieurs à la population générale.

Lire la suite...

L’atelier  « parole en chantant » du CSAPA -ANPAA 14.

 

L’addiction est la mise en acte d’une souffrance psychique qui n’a pu être reconnue ni exprimée, souvent par manque de confiance en soi donc d’affirmation de soi. Si la prise en charge est multiple sur les vulnérabilités biologiques, psychologiques et sociales, elle vise essentiellement à mobiliser les compétences psychosociales le plus fréquemment par des entretiens individuels et des groupes de parole.
Nous constatons souvent un manque d’écoute de soi majorant une grande difficulté à exprimer ses émotions.

Lire la suite...

Entretien avec Pierre Gaudriault sur les psychothérapies de personnes souffrant de troubles de l’usage de l’alcool


Vous allez rendre public, au cours du colloque Psychothérapies et soins psychiques en addictologie, les résultats d’une recherche sur les psychothérapies de personnes souffrant de troubles de l’usage de l’alcool prises en charge dans les CSAPA ANPAA 75



Quel est l’objectif de la recherche
La recherche menée dans le cadre de l’ANPAA 75 visait à repérer, à l’aide du test projectif du Rorschach, la nature et le type des remaniements psychiques survenant chez des patients alcoolo-dépendants après un an de psychothérapie. Ils bénéficiaient tous d’une prise en charge globale médico-psycho-sociale au sein du CSAPA. Au-delà des troubles de l’usage de l’alcool chez ces patients, ce sont leurs représentations conscientes et inconscientes du rapport à soi et aux autres qui a fait l’objet de cette recherche. Elle a été menée dans une double perspective, nomothétique et idiographique, permettant à la fois de situer les patients en fonction de normes chiffrées et d’examiner le devenir propre à chacun d’entre eux.

Lire la suite...

Soins palliatifs et bar à vins - Position du bureau national de l'A.N.P.A.A. du 9 septembre 2014


Les faits : création par le CHU de Clermont-Ferrand d'un "bar à vin" destiné aux malades en soins palliatifs. Le docteur Virginie Guastella, cheffe du service de soins palliatifs justifie la création de ce bar à vins par "le droit de se faire plaisir, et de faire plaisir" pour ces patients en fin de vie, par le souci de "cultiver tout ce que la vie a de beau et de bon", et par une autre façon de penser les soins. Concrètement, les patients auraient accès à des "dégustations médicalement encadrées" afin que les patients ne soient pas privés de "la saveur des terroirs" et que cela puisse égayer un "quotidien souvent difficile". Cette initiative présentée comme innovante, voire humaniste, sur le plan des soins pose plusieurs questions difficiles qui semblent avoir été éludées aussi bien par la responsable du service que par la direction de l'hôpital.

Lire la suite...

Photo de Karine Gallopel Morvan. Source CNCTLes stratégies marketing déployées par les industriels de l'alcool. Entretien avec Karine Gallopel Morvan

 

Malgré l’arsenal législatif existant en France, le déploiement de campagnes de communication nationale, le tabac et l’alcool restent les première et deuxième causes de mortalité évitable en France. Karine Gallopel Morvan  professeure des universités à l’École des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) et au sein du laboratoire de recherche MOS a accepté de décrypter pour nous les stratégies marketing déployées par les industriels de l’alcool qui pourraient expliquer en partie l’inefficacité des mesures législatives et préventives.


Un marketing et une publicité pour l’alcool omniprésente malgré la loi Evin

Lire la suite...

Entretien avec l'équipe de maraude de l'ANPAA 18Entretien avec l'équipe de maraude de l'ANPAA 18, 21 juin 2013, fête de la musique.


Le dispositif de réduction des risques* alcool Bamboch’ est en déambulation dans le centre-ville de Bourges (18). Il est 1h30, les deux professionnelles vont à la rencontre d’un groupe de jeunes. L’un d’entre eux semble en difficulté. « Bonjour, nous sommes l’équipe de réduction des risques alcool Bamboch’, comment se passe la soirée ? ». « Ah ok, la soirée se passe bien, ne vous inquiétez pas, on gère la situation, (montrant son copain ivre) mais on devrait peut-être appeler ses parents. On n’ose pas trop, ils ne sont pas très ouverts, on va se faire tuer».

Lire la suite...

 

Photo du Dr Alain Rigaud © C.LantenoisEntretien avec le Dr Alain Rigaud, président de l’ANPAA

 

Vous venez de participer en tant que contradicteur à la rédaction de l’ouvrage « Faut-il dépénaliser le cannabis ? ». Cet ouvrage confronte les positions des tenants de la prohibition et de la pénalisation du cannabis, et celles des partisans de sa dépénalisation ou de sa légalisation. Vous êtes favorable à la dépénalisation.


Quel bilan portez-vous sur la loi 1970 ?

 

Avant 1970, une personne qui faisait un usage privé d’une drogue illicite n’était pas incriminable.

Lire la suite...

 

Dessin produit lors de l'une des séances de sensibilisationEntretien avec Béatrice Beaudouin, Responsable du pôle prévention à l’ANPAA85


En quelques mots pourriez-vous me présenter le projet Dire Grandir Devenir.

Dire Grandir Devenir est un projet de prévention des conduites addictives qui a été mené au collège les Sicardières de l’île d’Yeu, sur 4 années, de 2008 à 2012, auprès de tous les élèves de la 6ème jusqu’à la 3ème. Dire Grandir Devenir répond aux résultats d’une enquête menée auprès des élèves : la non consommation d’alcool n’est que très peu envisageable et la moitié des élèves de 3ème déclarent avoir été ivres avant 14ans.

Lire la suite...

CamionEntretien avec Stéphanie Lefevre et Emilie Robin du CAARUD Le Sémaphore - ANPAA 07

Stéphanie Lefevre est attachée de direction, art-thérapeute et référente CAARUD sur l'Ardèche. Emilie Robin est infirmière diplômée d'Etat.

 

Qu'est-ce qu"un CAARUD ?

 

CAARUD est l'acronyme de Centre d'Accueil et d'Accompagnement à la Réduction de risques pour Usagers de Drogues. A la suite des boutiques et bus de réduction des risques pour usagers de drogues, les CAARUD sont entrés dans le champ médico-social avec la loi du 9 août 2004 et le décret du 19 décembre 2005. Financés par l'Assurance maladie, ils sont en général gérés par des associations, gestionnaires par ailleurs d'un Centre de soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA).

L'A.N.P.A.A. en gère sur six départements.

 

Lire la suite...

Entretien avec Charlyne Clerc, Psychologue clinicienne au CSAPA – ANPAA 36.

Existe-t-il des spécificités de la consommation d’alcool féminine ?

Si les hommes et les femmes alcoolo-dépendants expriment un mal-être lors de leur consultation, chez les femmes il semble que cette souffrance ait motivé leurs premières consultations alors que chez les hommes elle semble en être le résultat.

J’ai ainsi noté que les femmes étaient plus sensibles à la qualité et à la durabilité des relations avec les autres. La relation à l’autre, en l’occurrence souvent le conjoint et les enfants, est souvent perçue comme  une source d’équilibre. Elles ont donc tendance à privilégier cette  relation, quitte à s’effacer et  endosser un  rôle de femme parfaite, en supportant des situations inacceptables.

Lire la suite...