Vous êtes sur :

CamionEntretien avec Stéphanie Lefevre et Emilie Robin du CAARUD Le Sémaphore - ANPAA 07

Stéphanie Lefevre est attachée de direction, art-thérapeute et référente CAARUD sur l'Ardèche. Emilie Robin est infirmière diplômée d'Etat.

 

Qu'est-ce qu"un CAARUD ?

 

CAARUD est l'acronyme de Centre d'Accueil et d'Accompagnement à la Réduction de risques pour Usagers de Drogues. A la suite des boutiques et bus de réduction des risques pour usagers de drogues, les CAARUD sont entrés dans le champ médico-social avec la loi du 9 août 2004 et le décret du 19 décembre 2005. Financés par l'Assurance maladie, ils sont en général gérés par des associations, gestionnaires par ailleurs d'un Centre de soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA).

L'A.N.P.A.A. en gère sur six départements.

 

 

Qui est accueilli dans un CAARUD ?

 

Nous essayons de toucher les personnes qui ne sont pas engagées dans une démarche de soins et/ou les personnes ayant des consommations qui les exposent à des risques, notamment infectieux (hépatite C, VIH...).

 

L'une des particularités du CAARUD dans lequel vous travaillez est sa mobilité. Pourquoi avoir choisi un bus comme lieu de permanence ?

 

Le département de l'Ardèche a la particularité d'avoir une population dont les 2/3 vivent en zone urbaine et 1/3 en zone rurale. Afin de toucher un maximum de personnes, nous proposons des lieux d'accueil dans trois zones urbaines et depuis un an, un camion sillonne le département afin d'aller à la rencontre des usagers les plus isolés et/ou vivant en zone rurale. Le camion nous permet aussi de toucher les saisonniers et les festivaliers pendant la période estivale.

 

On relève des taux élevés de vente de Stéribox© (kit de prévention avec seringues) et de produits de substitution (Méthadone © et Subutex©) dans le département. En Ardèche, les taux annuels de vente de Stéribox© sont supérieurs aux taux français : 22,2 contre 15,8 en France.

Source : ORS Rhône-Alpes. "Tableau de bors sur la santé de la Drôme et de l'Ardèche", mars 2012, p. 131.

 

 

Voilà deux ans que votre équipe est en place. Quel est votre bilan aujourd'hui ?

 

Nous sommes surtout frappées par l'importance de la confiance qui nous est donnée, et que nous nous devons de renforcer au fil des mois. Il s'agit de la confiance des usagers mais aussi des riverains, des médecins, des pharmaciens, des élus... L'ouverture d'un CAARUD nécessite en effet l'adhésion de toute la population, usagère de drogues ou non, afin que l'alchimie prenne, que nous soyons acceptés et que notre travail soit relayé.

Suite au premier échec qu'a constitué l'ouverture d'un CAARUD dans une zone résidentielle d'Annonay, nous avons prêté une attention toute particulière à l'environnement pour l'ouverture des chacun des trois nouveaux sites (Annonay, Tournon, Aubenas).

 

Au-delà des missions propres d'un CAARUD, s'est imposée la pertinence du travail créatif avec les usagers. Nous travaillons en individuel et en collectif avec des outils tels que l'art thérapie, les ateliers cuisine ou jardinage. Ce qui nous permet de mettre l'accent sur les ressources des personnes plutôt que sur les produits consommés. C'est tout le sens de notre accompagnement.

 

Contact : 06.45.83.11.81 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Retrouvez CAARUD Le Sémaphore sur Facebook

 

 


 

Les missions d'un CAARUD

L'article R.3121-33-1 du Code de la santé publique fixe aux CAARUD les missions suivantes :

  • L'accueil collectif et individuel, l'information et le conseil personnalisé pour usagers de drogues ;
  • Le soutien aux usagers dans l'accès aux soins qui comprend : l'aide à l'hygiène et l'accès aux soins de première nécessité, l'orientation vers le système de soins spécialisé ou de droit commun, l'incitation au dépistage des infections transmissibles ;
  • Le soutien aux usagers dans l'accès aux droits, l'accès au logement et à l'insertion ou la réinsertion professionnelle ;
  • La mise à disposition de matériel de prévention des infections (préservatifs, boites de récupération du matériel usagé, trousse d'injection...) ;
  • L'intervention de proximité à l'extérieur du centre, en vue d'établir un contact avec les usagers.